loader-logo

2021: Une nouvelle cohorte pour les Chemins d’écriture

Découvrez les artistes de la 18e édition des Chemins d'écriture

Chemins d'ecriture 2021 artistes

La prochaine édition des Chemins d’écriture du Festival. 

Les chemins d’écritures célèbreront cette année leur 18e édition. On peut donc dire que c’est un évènement majeur du Festival de la chanson de Tadoussac (🥁😉). 


Pour cette nouvelle édition, huit nouveaux artistes viendront parfaire leur pratique d’écriture en compagnie du formateur Michel Robichaud. 



Nous vous invitons à découvrir celle et ceux qui viendront noircir leur cahier à chanson sur le bord du fleuve Saint-Laurent

chemins d'écriture Charlotte Bousseau

Charlotte Brousseau

Les chansons de Charlotte Brousseau sont des petites épopées folk mystérieuses sur les bords. Il lui faut du mouvement, de la lumière, de l’eau pour créer. Elle marche en sifflant et s’accorde sur la fréquence des bourdons. Elle suit des boucles, s’envoûte et envoûte. Elle préfère gratter les cordes de sa guitare une à la fois. Ça lui prend aussi des frissons pour vous en refiler. Originaire de Québec, Charlotte a d’abord choisi le cinéma comme langage pour raconter ses histoires. Entre 2014 et 2018, elle réalise  La même eau, son premier court-métrage documentaire.

 Le film est ensuite présenté aux Rencontres internationales du documentaire de Montréal (RIDM) et aux Rendez-vous Québec Cinéma (RVQC). Tout au long du processus de création, Charlotte est soutenue par le vétéran cinéaste André Forcier. Appelée par la musique, elle entre en 2018 à l’École nationale de la chanson, ce qui l’amène à fouler les planches des Francofolies de Montréal et du Théâtre Petit Champlain de Québec en 2019. Elle participe au printemps 2020 à la toute première édition du Festigram (festival musical sur Instagram), en plus d’être finaliste du Concours des confinés du Théâtre Paradoxe. Son premier EP Boucles, sorti le 30 octobre 2020 a bénéficié d’une bonne visibilité médiatique et d’une belle réception du public

Étienne Dufresne

Issu de la génération de Radio Enfer, Étienne Dufresne grandit bercé par le rock progressif de ses parents, quelque part entre Victoriaville et Magog. Très jeune, il apprend seul la guitare dans l’espoir avoué d’impressionner son père. Il infiltre d’abord la scène musicale montréalaise comme photographe, avant de troquer sa caméra pour ses chansons suite à une série d’échecs amoureux et professionnels. Son premier EP paraît en février 2020, via Chivi Chivi. Co-réalisé avec l’ingénieur du son Jean-Bruno Pinard, Sainte-Colère est une mise en bouche convaincante mêlant synth-pop et électro-folk.

À la fois imprégné d’introspection et de nonchalance, ce micro-album dresse un portrait actuel d’une génération paralysée par la peur de l’engagement à l’ère du numérique. L’univers de Sainte-Colère s’articule autant à travers ses sept chansons que sa riche facture visuelle, assurant ainsi une immersion totale. Le projet semble promis à un bel avenir jusqu’à ce que la terre fige sur son axe au printemps 2020 et que la pandémie freine son élan. Étienne Dufresne décide de profiter de l’abysse temporel qui se dessine inévitablement dans sa vie et s’attelle à l’écriture de son premier album Excalibur dont la parution intervient en mai 2021. Co-réalisé avec Félix Petit, cet album est un habile assemblage de genres déconstruits. Encore teintée du caractère brut de la guitare acoustique, cette seconde offrande défoule et déferle sur le dos de vagues synthétiques et d’échantillons qui empruntent autant à l’électro qu’au R&B. L’auteur-compositeur-interprète réaffirme son style d’écriture familier où la justesse des mots l’emporte sur les envolées lyriques. Bien de son époque, c’est une musique qui refuse de s’étiqueter et rassemble plutôt une foule d’influences pour former un son homogène et unique, qui se démarque des propositions francophones actuelles.

LARCHE

Auteur-compositeur-interprète originaire de l’Abitibi-Témiscamingue, Marc-Antoine Larche sculpte des chansons depuis plus de 10 ans. Sa route musicale commence en 2009 avec un premier EP, L’amour fait M.A.L. Artiste multidisciplinaire – Marc-Antoine est aussi comédien – il tient le rôle du Petit Homme dans Le nouveau Big Bazar de Michel Fugain créé pour les Francofolies de Montréal 2010. Ensuite, un long hiver poétique lui inspire l’album Les petits effondrements

En 2018, après quatre ans de silence, Marc-Antoine revient sous les projecteurs avec son projet musical simplement rebaptisé LARCHE. Son EP La tête sur ton épaule amène sa musique à briller plus fort que jamais sur les ondes et sur scène: palmarès, spectacles intimes, FME et premières parties pour Philippe Brach. Son indie folk trouve le chemin jusqu’aux oreilles d’un public de plus en plus nombreux. En août 2019, il lance Quand je serai grand, je serai heureux, réalisé par son complice de longue date Navet Confit. Ce nouvel EP reçoit un accueil très chaleureux. Les deux pieds dans la trentaine, c’est le concept du bonheur et son vécu qui sont moteurs d’inspiration. Dans une atmosphère intimiste, LARCHE se livre sur scène en dévoilant sa sensibilité attachante.

Louis Venne

Louis Venne, alias Louis-Philippe Robillard, est un auteur-compositeur-interprète franco-ontarien qui roule sa bosse depuis son premier album, Le Café des Oiseaux, paru en janvier 2010. Il se fait rapidement remarquer par la poésie de ses textes et cumule ainsi plusieurs Trilles Or et le prix André Dédé Fortin, remis par la SPAC. En 2011, il quitte le circuit pour explorer d’autres chemins. S’en suivront dix années de déambulations et de pérégrinations, qui le mèneront des routes du monde à l’École des métiers du meuble de Montréal et de là, au petit village de Val-des-lacs, 

au cœur des Laurentides, où fut enregistré son deuxième album, Comme une bête dans les headlights, paru en octobre 2019. Dans ce nouveau spectacle, il est question de distance et de la beauté des choses impossibles. La distance géographique, la distance entre nous et les autres et la distance entre nous et nous-mêmes. La distance entre le cœur et la tête. Et la beauté des impossibles. Les amours impossibles, les voyages impossibles, les choses que l’on ne croit pas mais qu’on aimerait croire, les vies que l’on imagine mais qui ne sont pas les nôtres. C’est l’histoire de ce spectacle qui se situe quelque part entre deux lieux.

Matt Boudreau

Matt Boudreau pourrait probablement tripper sur les corneilles, mais il préfère les goélands. Born and raised à Petit-Rocher, il traîne ses plumes ébouriffées, le fuzz de ses guitares et ses histoires de dérapes ordinaires sur les scènes du Nouveau-Brunswick and beyond depuis une couple d’années. De 2012 à 2018, il y a eu les concours où il n’a pas manqué de se démarquer, puis les études en musique (pas finies, mais pas loin), pour apprendre à faire sa job comme du monde. Pis là, en 2018, BAM ! : un premier album. Avec Goéland, b

Matt propose un son folk rock hyperactif inspiré de la gueule de Leloup, des hanches de Presley et des birdies de Carl Carmoni. Bien ancré dans son parking mais butinant d’un style à l’autre comme une mouette entre un vieux frite pis l’horizon de la Baie, il chante le monde vu de chez lui, dans une langue qui y ressemble. Sa plume habile fait cohabiter les charrues de Dauversière, les déprimes du cœur soakées de gin, l’amour comme une bête à apprivoiser et le fromage qui fond sur les poutines. On y rencontre parfois des personnages comme sortis du fond d’une bouteille après une grosse soirée de brume.

Michaëlle Richer

Michaëlle Richer propose une pop-alternative décomplexée, menée par un jeu de guitare aux influences folk et des textes sincères et surprenants. Tantôt cathartique, tantôt espiègle, sa présence scénique est empreinte d’une intensité lui étant propre. Après avoir lancé un premier EP en 2019, la diplômée de l’École nationale de la chanson (2016) prépare un nouvel EP aux tons plus rock et électrons.

Sandrine Masse-Savard

Sandrine Masse-Savard est une musicienne professionnelle très active dans le milieu. Diplômée de l’Université de Montréal en Interprétation de l’alto, son parcours en musique classique l’a amenée à se produire partout en Amérique du Nord, en Europe de l’Est et en Russie sous la baguette des plus grands chefs nationaux et internationaux. Elle se produit aussi dans les festivals, à la radio et à la télévision dans divers styles musicaux et avec des artistes des quatre coins du monde. Depuis quelques années, elle développe des projets musicaux au sein de diverses communautés autochtones en plus de se spécialiser dans l’éducation musicale des jeunes en milieux défavorisés. Sandrine travaille présentement à la réalisation de son premier album de compositions originales qui fusionne musique folk, rythmes traditionnels et rock alternatif. 

Simon Lachance

Plongé depuis son plus jeune âge dans l’univers des métiers d’art, Simon Lachance approche la musique avec l’œil de l’artisan. Quand son regard se pose sur l’indicible, c’est qu’il y a matière à sculpter les contours, à en définir les surfaces.

Parolier et musicien derrière plusieurs projets de la florissante scène musicale de Québec dont Raton Lover, Jérôme 50, Simon Kearney et Kinkead, Simon Lachance prend les devants avec un projet solo qui s’alimente au sein même de ses nombreuses collaborations.


Après avoir présenté Pâlir au soleil, un premier extrait auto-produit en home studio lors du confinement du printemps dernier, Simon travaille actuellement dans son nouvel atelier-studio dans les combles d’un hangar situé en périphérie de Québec, sur la Côte de Beaupré. 

Lauréat du prix Auteur-Compositeur-Interprète à la 27e édition de Ma Première Place des Arts, Simon Lachance prépare son premier album solo en carrière pour 2022, dont le premier extrait sera lancé avant la fin de l’année.